LE LIVRE VERT DE MOAMMAR KADHAFI

Publié le par Asma MOUHIB

The Green Book by ryankon

L'appareil de gouvernement

 

Le problème politique de l'appareil de gouvernement" est le plus important de ceux qui se posent aux sociétés humaines.

 

Souvent, le conflit qui surgit au sein d'une famille se ramène à ce problème. Ce problème est devenu très grave depuis l'apparition des sociétés modernes. Actuellement, les peuples affrontent ce problème persistant, et les sociétés supportent nombre de risques et de conséquences extrêmes qui en résultent. Elle n'ont pas encore réussi à lui trouver une solution définitive et démocratique. Ce Livre vert présente la solution théorique définitive au problème de "l'appareil de gouvernement".

 

De nos jours, l'ensemble des régimes politiques est le résultat de la lutte que se livrent les appareils pour parvenir au pouvoir: que cette lutte soit pacifique ou armée, comme la lutte des classes, des sectes, des tribus, des partis ou des individus, elle se solde toujours par le succès d'un appareil, individu, groupe, parti ou classe et par la défaite du peuple, donc de la démocratie véritable.

 

La lutte politique qui aboutit à la victoire d'un candidat, avec, par exemple 51% de l'ensemble des voix des électeurs, conduit à un système dictatorial, mais sous un déguisement démocratique. En effet, 49% des électeurs sont gouvernés par un système qu'ils n'ont pas choisi, et qui, au contraire, leur a été imposé. Et cela c'est la dictature.

Cette lutte politique peut aussi aboutir à la victoire d'un appareil ne représentant que la minorité, notamment lorsque les voix des électeurs se répartissent sur un ensemble de candidats dont l'un obtient plus de voix que chacun des autres considéré à part. Mais si l'on additionnait les voix obtenues par les "battus", cela donnerait une large majorité. Malgré cela, c'est celui qui a le moins de voix qui est proclamé vainqueur, et son succès est considéré comme égal et démocratique ! Mais en réalité il s'instaure une dictature sous des apparences démocratiques.

 

Voilà la vérité sur les régimes politiques qui dominent le monde actuel. Leur falsification de la vraie démocratie apparaît clairement: ce sont des régimes dictatoriaux.

 

La Femme

 

(...)

La femme est une femelle et l'homme est un mâle. Du point de vue gynécologique - "la femme est sujette aux menstruations, c'est-à-dire à un affaiblissement mensuel; l'homme, en tant que mâle, ne subit pas le même phénomène et n'est pas soumis à un épanchement mensuel de sang. Parce qu'elle est femelle, la femme subit naturellement une menstruation périodique. Lorsqu'elle n'a pas de flux menstruel, la femme est enceinte. Lorsqu'elle est en enceinte, elle se trouve, de ce fait, affaiblie pendant environ un an; ce qui signifie que toutes ses activités normales sont sérieusement réduites jusqu'à ce qu'elle accouche.

Lorsqu'elle a son enfant ou qu'elle fait une fausse-couche, elle souffre de troubles puerpéraux, d'un affaiblissement consécutif à tout accouchement ou fausse-couche. N'étant pas sujet à la grossesse, l'homme n'est donc pas soumis à la faiblesse qui caractérise la femme en tant que femelle.

Ensuite, la femme doit allaiter son enfant. L'allaitement naturel s'étend sur environ deux ans. De ce fait, la femme est si inséparable de son enfant que son activité s'en trouve sérieusement réduite. Elle devient directement responsable d'un autre être qu'elle aide à accomplir ses fonctions biologiques faute desquelles il mourrait".

 

L'homme, au contraire, ne conçoit ni n'allaite.

Toutes ces caractéristiques naturelles produisent des différences innées où l'homme et la femme ne peuvent être égaux. Ceci est en soi la raison de la nécessité de l'existence d'un mâle et d'une femelle, c'est-à-dire d'un homme et d'une femme, chacun d'eux ayant un rôle ou une fonction différents dans la vie.

 

L'homme ne peut en effet remplacer la femme dans l'accomplissement de ses fonctions naturelles. Il importe de remarquer que ces fonctions biologiques sont une lourde charge, imposant à la femme beaucoup d'efforts et de peines. Cependant, faute de ces fonctions qu'accomplit la femme, la vie humaine s'éteindrait.

Il s'agit, en conséquence, d'une fonction naturelle qui n'est ni optionnelle ni obligatoire. C'est une fonction nécessaire, dont la seule alternative est l'extinction de la vie humaine.

 

Il existe une intervention volontaire contre la conception mais c'est la négation de la vie humaine. Une autre méthode d'intervention volontaire, partielle, s'attaque aussi bien à la conception qu'à allaitement maternel.

L'un et l'autre sont des maillons d'une chaîne d'actes portant atteinte à la vie naturelle et conduisant au meurtre: le fait que la femme se détruise pour échapper à la conception, à l'accouchement et à l'allaitement, entre dans la catégorie des inventions artificielles contre l'essence de la vie représentée par la conception, l'allaitement, la maternité et le mariage; il n'y a qu'une différence de degré.

 

Renoncer au rôle naturel de la femme dans la maternité, comme remplacer les mères par des crèches, c'est déjà renoncer à la société humaine et la transformer en une société biologique fondée sur un style de vie industriel.

Séparer les enfants de leurs mères et les entasser dans des crèches, c'est les assimiler à des poussins, car les crèches sont semblables à ces élevages de volailles où l'on entasse des poussins après l'éclosion des oeufs.

Rien ne convient mieux à la nature de l'être humain et à sa dignité que la maternité naturelle (où l'enfant doit être élevé par sa mère) dans une famille où prévalent la maternité, la paternité et la fraternité et non dans une institution ressemblant à un élevage de volailles. Les volailles, comme toutes les autres espèces du règne animal, ont besoin de la maternité comme une phase naturelle. Les élever dans des poulaillers ressemblant à des usines est donc contraire à leur croissance naturelle. D'ailleurs leur chair rappelle davantage la viande chimique que la viande naturelle. La chair qui provient des élevages industrialisés n'a aucun goût, ni aucune valeur nutritive, puisque les volailles sont élevées contre la nature, sans la protection de la maternité naturelle. La chair des oiseaux sauvages est plus savoureuse et plus nourrissante, car ils croissent et se nourrissent naturellement.

Quant aux enfants privés de famille et de refuge, la société est leur tutrice, et c'est pour eux seulement qu'elle doit ouvrir des crèches et d'autres institutions du même genre. Il vaut mieux pour eux être pris en charge par la société, plutôt que par des êtres autres que leurs parents.

 

LA TROISIEME THEORIE UNIVERSELLE

LE LIVRE VERT DE MOAMMAR KADHAFI 

Publié dans Extraits

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mohamed 02/05/2011 17:13



BONJOUR ma belle!
★ Je m'arrête ici ★★ Sur ton petit monde magique ★
★ Pour y déposer mon petit message ★★ L'amitié est un cadeau ★
★ C'est tellement beau ★★ Quand tu la reçois ★
★ Garde-la dans ton Cœur ★
L’amitié c’est sacrée c’est une plus belles choses dans la vie et c’est quelque choses de solide, un ami c’est celui qui sait t’écouter quand tout va mal et souris avec toi quand tout va bien
...., savoir que j’ai ici ou là, quelqu ’ un qui me comprend malgré la distance, malgré toutes les pensées que je n’exprime pas ,voila qui peut faire tout mon bonheur....
Ce lui qui ne jugent pas nécessaire d’avoir des gens dans leur vie, ne doivent jamais avoir vraiment eu d’amie.....
L’amitié c’est comme l’amour, c’est vouloir le bonheur de l’autre, c’est aimer l’autre pour ce qu’il est et ce qu’il fait...
L'amitié qui ce sont « deux oreilles » qui t'écoute dans la joie,dans la peine, sans jamais se lasser
L'amitié ce sont « deux yeux » qui voit dans « ton regard »comme dans un miroir
et c'est « la confiance »c'est se parler de  tout et de rien »,mais c'est aussi le respect dans le « silence .

L'amitié ne fait pas de distinction de « sexe »,il est « l'intérieur de soi pur et limpide comme l'eau
qui coule dans un ruisseau.L'amitié ne voit que « la beauté de l'âme »
et c'est tellement de choses qu'on ne peut « jamais »dire qu'on a « beaucoup » d'amis-es
Car l'amitié ce sont deux âmes qui se prennent par la main.sur le chemin de la vie et même davantage...

c'est ne jamais se « perdre de vue » malgré le.temps qui passe.L'amitié c'est vraiment « tout »
UN CADEAU.Le plus beau cadeau emballé avec les doigts du cœur...
L'amitié, c'est la complicité, pas l'hostilité.L'amitié, c'est la passion, pas la trahison......

ben si tu veux me connaitre temps mieux pour toi et si tu ne veux pas me connaitre c'est encore mieux pour moi!!!!!mais pour moi sa me fait un grand plaisirs j'espère toi aussi avec tout mes
respect!! je suis correct pour tout les mots .Gros bisou Mohamed
lovetriste@live.fr