Le Maroc sous l’eau

Publié le par Asma Mouhib

Inondations à Nador

 

Depuis quelques semaines, plusieurs régions du Maroc connaissent des pluies diluviennes, qui ont transformé en quelques heures certaines de nos villes en zones sinistrées. Des morts, des personnes portées disparues, des centaines de familles sans abri, des douars et bidonvilles engloutis, des routes, des voies de chemin de fer coupées, des unités industrielles paralysées et d’immenses superficies de terres agricoles noyées. Telle est l’image du désastre causé par les inondations dans plusieurs régions du Royaume. Des inondations dues à des quantités absolument inhabituelles de pluie tombée en un laps de temps très court.

 

Ces variations climatiques qui sont signalées aussi dans d’autres pays (Yémen, Algérie…) sont dues, selon les spécialistes, aux changements climatiques que connait la terre. Ces changements peuvent être causés par divers processus, notamment :

 

La variations de la position de la Terre

 

Selon Cette théorie, les cycles climatiques glaciaires / interglaciaires peuvent être expliqués par les variations d'excentricité, d'obliquité et de précession terrestre. Selon cette théorie, sans forçage anthropique la planète devrait entrer dans une nouvelle ère de refroidissement, ou entrer dans une phase interglaciaire exceptionnellement longue et stable (encore 50000 ans).

 

Les variations de l'activité solaire

 

Cette théorie, nommée aussi théorie des cycles solaires, explique les faibles variations climatologiques qui ont lieu tous les 11 ans, cycle correspondant à celui des taches solaires qui ont une périodicité de 11 ans ; lorsque le nombre de taches solaires est important, le Soleil émet plus d'énergie (la Terre en reçoit donc plus) et donc un changement de température a lieu. Ce rayonnement influe de manière complexe sur la nébulosité et donc à la fois sur l'albédo planétaire et l'effet de serre due aux nuages et à la vapeur d'eau.

 

Nuages interstellaires de poussière

 

Cette théorie est la plus controversée. Pour certains scientifiques, lorsque le système solaire passe dans un nuage interstellaire de poussière, une partie de l'énergie lumineuse est absorbée ; cela influe sur la quantité de chaleur qui arrive sur Terre et donc sur les climats.

 

Déplacements des continents vers les pôles

 

Pour comprendre l'influence des déplacements des continents, il faut d'abord savoir que les courants océaniques ont une influence très importante sur les changements climatiques, les continents n'ont en réalité pas d'influence directe sur le climat mais ils permettent en se déplaçant la formation ou l'arrêt des courants marins.

Prenons l'exemple de l'Antarctique : avant la dislocation du super-continent Gondwana, le climat antarctique était chaud et humide ; dès que l'Australie, l'Afrique et l'Amérique du Sud ont migré vers le nord, les divers détroits se sont ouverts et un courant océanique circulaire (appelé courant circumpolaire) commença. En quelque temps, le climat se modifia pour atteindre celui actuel avec une énorme calotte glaciaire qui se mit en place sur le continent antarctique.

 

Crises volcaniques

 

Les émissions gazeuses des volcans ont 2 effets inverses:

  1. les aérosols (émissions de H2S) et poussières) obscurcissent l'atmosphère, augmentent la pluviométrie et refroidissent le climat ;
  2. dans un second temps, les grandes quantités de gaz à effet de serre émis provoquent un effet de serre additionnel, et donc un réchauffement.

La majorité des extinctions des espèces du passé semble dues à une variation climatique brutale.
La chute de la météorite du Chicxulub est souvent évoquée comme cause initiale de l'effondrement de la biodiversité à la fin du jurassique, mais il semble que des éruptions volcaniques (induites ou indépendantes de chocs météoritiques) qui ont laissé des trapps (dans le Deccan, Éthiopie) gigantesques, ont le plus drastiquement perturbé le climat durant des centaines d'années à une vitesse dépassant la cadence des adaptations évolutives possibles des espèces.

 

Les amplifications des modifications climatiques (rétro-action)

 

Cet effet n'est pas à proprement parler un facteur des changements climatiques mais un amplificateur. L'albédo est la proportion en % de rayonnement solaire arrivant au sol réfléchie vers l'espace. Les surfaces enneigées et glacées ont une forte albédo. Les surfaces sombres (terre) ont une faible albédo. Plus l'albédo est élevé, plus le rayonnement est réfléchi et moins il est utilisé pour réchauffer le sol puis l'atmosphère subjacente. En effet, lorsque que la Terre rentre dans une ère glaciaire, la surface occupée par les glaces augmente et donc l'albédo augmente, ce qui diminue le réchauffement du sol et de l'atmosphère subjacente et renforce ainsi l'ère glaciaire. Et inversement lorsque la Terre est en période interglaciaire.

 

Changements climatiques dus à l'Homme

 

Ces changements sont dus à l'industrialisation de la planète et à l'utilisation massive d'énergies fossiles. Alors que les changements climatiques naturels se font sur de très longues périodes, ce qui implique une certaine adaptation des espèces animales et végétales, les changements anthropiques sont très rapides et par conséquent menacent énormément les écosystèmes souvent fragiles.

 

 Source: :Wiképidéa

Publié dans Actualités

Commenter cet article

rachid 10/11/2008 23:55

Bonjour,J'aime vraiment beaucoup votre blog ! il est vraiment super !!! Je viens de le découvrir grâce à votre lien dans le blog de Last night in orient.Je reviendrai très souvent ! Je vous ai mis dans mes favoris.Rachid

fab 02/11/2008 21:47

le monde devient fou, on pollue , on saccage et le pire c'est qu'on est trop égoiste pour changer nos mode de vie, on oublie un peu trop vite les générations qui vont devoir vivre dans le monde que nous leur préparonsbig bisous

nadia-vraie 30/10/2008 21:00

Ton article est très intéressant,je l'ai tout lu.mais il y a des bouts que je ne cpomprends pas trop car il faudrait que j'étudie dans ce domaine.byebye Asmaa et À bientôt

Naim 28/10/2008 21:16

Il y a tellement de théories qu'il faut commencer sérieusement à s'en méfier. Il faut normalement plusieurs dizaines d'années pour statuer d'une manière affirmative sur un réel changement climatique majeur.Malgré ses dégats humains et matériels, ces pluies marocaines font beaucoup de bien.A très bientôt.